La taille de l’olivier est une pratique qui ne date pas d’hier. En effet, déjà dans les temps anciens, les agriculteurs avaient remarqué que la majeure partie de la fructification s’effectue au niveau des parties retombantes des rameaux de l’arbre. Ils en ont donc déduit que pour booster la production d’olives, l’astuce n’était pas de laisser l’olivier grandir dans toutes les directions, mais plutôt de le tailler. La technique a tout de suite porté ses fruits puisqu’une augmentation de la qualité de la fructification a été constatée. En outre, elle a permis de réduire les risques de maladies, et même de favoriser la reprise des oliviers laissés à l’abandon. La méthode est donc avantageuse, mais comment l’appliquer correctement ?

Utiliser les bons matériels

On ne saurait tailler les branches d’un olivier à mains nues ou encore moins à l’aide d’un couteau ou d’un simple objet tranchant. Pour que le travail soit bien fait, il est important d’avoir tous les outils et matériels adéquats. Puisqu’il s’agit d’effectuer des coupes, le sécateur sera l’un des équipements absolument à avoir. En outre, il se peut également que certaines opérations nécessitent l’utilisation d’une scie d’élagage. Et puis, pour éviter que les coupes de plus de 3 cm de diamètre ne viennent perturber le bien-être de la plante, un produit de cicatrisation ne sera pas de trop.

Pratiquer la taille au bon moment

Maintenant que le matériel est là, il faut s’assurer de bien choisir le moment pour que la taille soit vraiment réussie. Selon les professionnels et les passionnés, le travail devrait généralement s’effectuer en fin d’hiver ou au début du printemps (hors période de gel). L’idée étant de respecter le cycle végétatif des plantes. Il est à noter que la taille doit être réalisée avant l’apparition des premières fleurs en mai ou en juin.

Appliquer la bonne technique de taille

La taille devrait se faire en fonction de l’âge de l’olivier. Ainsi, à la plantation, c’est la taille de formation qui va permettre d’assurer la croissance de l’arbuste. Le travail consistera à supprimer tous les rameaux latéraux pour favoriser la formation d’un tronc. Ce dernier s’élargira alors au fur et à mesure que l’arbre grandira. Vers la quatrième année, il faudra s’assurer que la charpente affiche la fameuse forme « évasée » ou « en gobelet » comme on aime à la décrire dans certaines régions. Selon les spécialistes, cet aspect est important, car il favorisera l’aération et la fructification. Afin d’obtenir cette forme, le rameau central devra être coupé et pincé. En ce qui concerne les branches latérales de tête, on peut garder 4 ou 5 pour faciliter l’épanouissement de la plante.

Après que l’olivier ait dépassé l’âge de la formation, il faudra appliquer ce que les experts appellent la taille d’entretien. Cette prise en charge annuelle servira à supprimer les rejets (souchets) qui se sont formés à la base de l’arbre, mais également à couper les rameaux latéraux qui partent du tronc et les branches qui poussent vers l’intérieur. En outre, elle permettra également d’aérer le centre de l’arbre et, ainsi, d’éviter l’apparition des parasites.

Après la taille d’entretien vient celle de fructification. À ce stade, le travail se pratiquera tous les 3 ou 4 ans. Il consistera surtout à couper les rameaux émis sur le tronc et à s’assurer que la forme évasée permet de conserver la structure d’origine avec 4 ou 5 branches. À ce niveau, la forme en gobelet va favoriser la pollinisation et réduire les risques de maladies (grâce à la lumière et l’aération). Et pour que les futures récoltent soient bonnes, il est aussi important d’élaguer les branches de l’année précédente qui ont déjà donné des fruits et raccourcir d’un tiers les branches les plus vigoureuses. Par ailleurs, il faudra également enlever le bois mort.

Outre ces trois types de taille, le recépage est une autre méthode à retenir. Il s’agit d’une pratique qui vise à traiter les arbres malades ou victimes du gel. Pour permettre à l’olivier de reprendre, le tronc doit être coupé à 40 cm du sol. L’objectif étant de ne laisser croître que les branches latérales. Pour conclure, il est à noter que les techniques de taille présentées dans cet article concernent surtout les oliviers de production. Dans le cas d’un olivier d’ornement, le travail se limitera à une simple taille de formation.